Carlos Albert

Biographie

Né le 24 février 1978 et diplômé en 2003 de la faculté des beaux-arts de l’université de Madrid, Carlos Abert collectionne depuis quinze ans les premiers prix et médailles d’or dans sa discipline,  aussi bien dans le cadre de compétitions nationales qu’internationales.

Tradition espagnole de forgerons oblige, Carlos Albert sculpte le fer forgé et l’acier. Il maîtrise le processus complet, de la conception et ses dessins originaux à la réalisation. Il exécute ses pièces de ses propres mains en utilisant marteaux, enclumes, barres de pivotement, soudure, découpe au plasma, …

Carlos Albert est de la trempe des grands sculpteurs espagnols : Edouardo Chillida et Martin Chirino, avec lequel il a d’ailleurs eu l’occasion de collaborer.

Mais, la comparaison s’arrête là.

Carlos Albert dégage sa propre voie, assoit son propre style.

Avec le temps, son œuvre évolue vers l’abstraction et se consolide. Un travail d’une puissance incroyable, dans un jeu subtil de lumière et d’obscurité, de pleins et de vides.

« Albert is synonymous with sculpture. His iron pieces become arms that attempt to grasp space and silence. Hands, appendages that encircle the air drawing a web of clear structures that articulate an expressive, transparent language. He treats iron, in the mineral corporeality of his dreams, in the same way as paper, where he traces feelings with an unmistakable ritual of signs. An irrepressible embrace that fils the area that it shapes with warmth. »

(Tomàs Paredes, Président de l’association espagnole des critiques d’art, AICA Spain).

Le fer et l’acier sont pliés, tordus, découpés et soumis complètement  à la force créatrice du sculpteur qui les (dés)articulent avec un équilibre savant : de brutales, les œuvres sont aussi douces et sensibles. Le lyrisme se mue dans un silence solennel, monacal, où la spiritualité de l’artiste est prégnante.

La masse sculptée est lourde et pourtant le mouvement induit lui confère une indéniable légèreté que sous-tend la liberté d’un homme ouvert, dont la création est généreuse.

Les sculptures de Carlos Albert s’approprient l’espace et en transcendent le vide. Elles sont denses et aérées.

Les titres qu’il leur donne évoquent les endroits qu’il a appréciés (une ville, un ruisseau,…) et qui auront croisé son chemin.

Certaines sculptures monumentales ont intégré les espaces publics et villes d’Espagne, comme la très belle « Puerta de la Tolerancia » (2005) à l’entrée de La Parla à Madrid.

En 2007, Carlos Albert a pour mission d’ériger un monument à la mémoire des victimes des attentats face à la gare Santa Eugenia de Madrid (« Illusion Truncada »).

C’est aussi en 2007 qu’apparaissent les premiers bas-reliefs, pièces plus architecturées, desquels se dégagent une forte impression de sérénité, de zénitude.

Outre les sculptures et bas-reliefs, l’œuvre est complétée par des collages et des dessins, d’abord en noir et blanc, non sans évoquer Pierre Soulages, un de ses peintres favoris, puis plus structurés. Pour chaque collage, Carlos Albert cherche un parfait équilibre dans la composition. Les matériaux utilisés évoluent : morceaux de ses propres dessins, écorces de bois, tissus…

CV de l’artiste

Oeuvres

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer